MOLTEN © Grégory Batardon.JPG

MOLTEN

SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2021

BEAVER DAM COMPANY / France-Suisse
21h00 - Danse Contemporaine
Durée : 55 min - Auditorium du Grand Cahors

Présentation

 

Et si la danse d’Edouard Hue avait la puissance et le courage de donner à voir les premiers pas et les premiers souffles d’une nouvelle humanité naissante ? Le jeune chorégraphe franco-genevois crée Molten en 2020, sa 6e pièce. Elle pose un regard sans fard sur la tentative d’un nouveau départ pour les êtres humains. Avec force et engagement, elle offre une vision du commencement de l’humanité où tout est à découvrir, où toute sensation à peine palpable est à créer. Au départ, des silhouettes immobiles sont plongées dans une pénombre apocalyptique. Elles semblent figées, comme rescapées. Des zombies après un chaos. Puis, noir. Deux silhouettes. Puis noir. Ici, tout se devine, tout s’apprécie seconde après seconde : le moindre geste, le plus infime déplacement.


Dès les premières secondes de Molten, nous avançons les yeux bandés, nos repères sont effacés. Le flux de nos pensées ralentit. Nous apprenons à guetter la moindre lumière. Puis, nos yeux s’habituent. Quelque chose se produit alors en nous, nous gagne progressivement et finit par une explosion intérieure totale, extatique. Avec Edouard Hue, nous touchons le point d’origine pour retrouver la voix perdue, l’humanité oubliée et l’extase d’être. Molten est un diamant brut. Saluons les interprètes qui prennent la place d’atomes, d’électrons, de noyaux et de protons réagissant dans de multiples interactions chorégraphiques. Une sorte de laboratoire qui teste les expériences d’un chimiste fou dans un monde où tout est à découvrir. Sans aucune limite, les corps sont ainsi transformés en pure énergie en quête d’un vrai renouveau du mot « extase ».


La danse d’une virtuosité à l’état pur est portée par un engagement total des interprètes guidés par leur instinct sauvage, précis et exigeant. Le mouvement épidermique où chaque centimètre de peau est touché, ne nous laisse pas indifférents du début à la fin. Edouard Hue nous happe littéralement et nous invite à retrouver en nous-même le trésor perdu : l’extase… d’être. Alors, nous nous sentons si proches les uns des autres que nous commençons à aimer la rencontre avec l’ombre de l’autre et nous voyons éclore sa lumière.

Distribution

Chorégraphie : Edouard Hue / Interprètes  : Alfredo Gottardi, Edouard Hue, Mermoz Melchior, Rafaël Sauzet,
Angélique Spiliopoulous, Yurié Tsugawa / Compositeur : Jonathan Soucasse / Créateur lumière : Théo Jourdainne


Co-Productions et Résidences : L’Auditorium Seynod – Scène Régionale, Centre Chorégraphique National de Mulhouse, Centre Chorégraphique National de Créteil, Centre Chorégraphique Heidelberg / Résidences : Bonlieu Scène Nationale, Tanzhaus - Zürich, Théâtre de la Parfumerie, Studios Dyptik / Soutiens : Ville de Genève, Loterie Romande, Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, Fondation Stanley Thomas Johnson, Fondation Sophie et Karl Binding, Villed’Annecy, Fondation Ernst Göhner, Conseil Départemental de la Haute-Savoie, Région Auvergne-Rhône-Alpes, République et Canton de Genève, Pro-Helvetia - Fondation Suisse pour la Culture, CORODIS - Commission Romande de Diffusion des Spectacles